LIVRE D’OR

Écrivez un nouveau message dans le livre d'or

 
 
 
 
 
 
 
Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Il se pourrait que votre message n’apparaisse dans le livre d’or qu’après que nous l’ayons vérifié.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
30 messages.
Michel Fontaine a écrit le 8 juin 2012 à 2 h 23 min:
Elle est comme ça Françoise, elle t'embarque jusqu'à devenir un pell'teux d'nuage.
C'est bien l'essentiel.
Nadia Hofnung a écrit le 8 juin 2012 à 2 h 22 min:
Françoise j'ai aimé tes spectacles, ta poésie, le timbre de ta voix. Même si je ne me souviens pas des titres, tu as su mêler la musique, la philosophie mis en scène, je pense au philosophe Plinio Prado qui a accepté le défi de se mettre en scène avec toi ...il fallait oser...tu l'as fait et c'était magique ! Tu apportes ce que le conte a de plus noble ; le mythe. Celui qui marque les esprits. Avec mon amitié chapeau bas !
Gaillard a écrit le 8 juin 2012 à 2 h 21 min:
Un seul mot : BRAVO !!
Virginie pour Ebène a écrit le 15 mai 2012 à 2 h 21 min:
Cette pièce est simplement surprenante. On arrive sans savoir comment sera traité ce passage de l'Histoire, si vaste, complexe et dramatique. On est alors surpris par la légèreté du ton, toujours en équilibre pour ne pas tomber dans le pathos, mais toujours ardent pour parler de l'horreur, du courage, de l'intelligence et de la force déployés pour conquérir la liberté. Le texte est très touchant et très actuel, renvoyant à l'esclavage encore présent aujourd'hui dans de nombreux pays, à la dure réalité à laquelle doivent se confronter nombre de migrants.

Le jeu des acteurs était excellent et la présence d'un musicien sur scène, une vraie réussite. Le personnage principal devient parfaitement vivant et on est complètement plongé dans l'histoire, au point que le seul reproche serait peut-être que l'on aurait souhaité que ça dure plus longtemps encore que l'on parle des îles de l'océan indien, dont l'histoire est similaire.

C'est un plaidoyer pour la tolérance, pour le devoir de mémoire, pour la reconnaissance, on apprend beaucoup tout au long de la pièce, il serait à souhaiter que ce travail théâtral se poursuive pour raconter d'autres moments historiques.

En définitive, cette pièce singulière est vraiment marquante car les voix du passé résonnent durement à la réalité du présent, une réalité que nous connaissons, mais qu'il est bon de rappeler également.

En attendant les prochains succès de cette troupe de théâtre...

Bonne continuation!
Anne-Gaël Gauducheau a écrit le 24 mai 2011 à 2 h 18 min:
BRAVO pour vos contes insolites!
Bel été à vous et à bientôt (au moins pour la Grande Assemblée des Conteurs -de l'apac- en septembre?)
Bises. Anne-Gaël
Menu