FranoiseBarretGilleRoussy3

 

Ensorceleuses

tous publics à partir de 12 ans

Dans ces contes, le fantastique se glisse dans le quotidien sans crier gare, l’émoi se mélange à la crainte, amour et vengeance se mêlent d’ensorcèlement, et gare à celui qui trahit…

Marie la mal-aimée se transforme en louve aux crocs rouges.
Estelle, amoureuse de Colin, lui livre le terrible secret de sa mère-sorcière : qu’en fera-t-il ?
Jean, le Charbonnier, amoureux de l’hirondelle, relèvera-t-il le défi du vent pour la faire femme : « Fabrique-moi dans la roche une flûte de pierre, que je puisse comme l’homme faire chanter mon âme… »
Et savez‐vous pourquoi les rats sont gris à Paris ? C’est qu’ils sont « métis »… A cause d’une histoire d’amour interdite, au bord d’un puits…

Spectacle particulièrement adapté aux classes 4 èmes.

Avec :
Françoise Barret : Conteuse, auteure, comédienne
Crédit photo : Gilles Roussy

+++ Télécharger le dossier

Extrait :

Quand j'étais enfant, j'habitais à Paris. On croit parfois qu'à Paris il n'y a pas d'histoires, de légendes.
La Tombe Issoire… le Montsouris… J'aurais du pourtant me méfier...
Pour la rue de la Tombe Issoire, j'ai toujours su : il s'agirait d'un géant, Issoire, de l'époque barbare, qui serait enterré là, d'où le nom : Tombe Issoire...


FranoiseBarretGilleRoussy3

 

Ensorceleuses

tous publics à partir de 12 ans

Dans ces contes, le fantastique se glisse dans le quotidien sans crier gare, l’émoi se mélange à la crainte, amour et vengeance se mêlent d’ensorcèlement, et gare à celui qui trahit…

Marie la mal-aimée se transforme en louve aux crocs rouges.
Estelle, amoureuse de Colin, lui livre le terrible secret de sa mère-sorcière : qu’en fera-t-il ?
Jean, le Charbonnier, amoureux de l’hirondelle, relèvera-t-il le défi du vent pour la faire femme : « Fabrique-moi dans la roche une flûte de pierre, que je puisse comme l’homme faire chanter mon âme… »
Et savez‐vous pourquoi les rats sont gris à Paris ? C’est qu’ils sont « métis »… A cause d’une histoire d’amour interdite, au bord d’un puits…

Spectacle particulièrement adapté aux classes 4 èmes.

Avec :
Françoise Barret : Conteuse, auteure, comédienne
Crédit photo : Gilles Roussy

+++ Télécharger le dossier

Extrait :

Quand j'étais enfant, j'habitais à Paris. On croit parfois qu'à Paris il n'y a pas d'histoires, de légendes.
La Tombe Issoire… le Montsouris… J'aurais du pourtant me méfier...
Pour la rue de la Tombe Issoire, j'ai toujours su : il s'agirait d'un géant, Issoire, de l'époque barbare, qui serait enterré là, d'où le nom : Tombe Issoire...

Suite de l'article

Quant au Montsouris, voilà comment j'en ai appris la légende...
Entre la Mont-Souris et la rue de la Tombe Issoire, il y a tout un dédale de petites rues, de placettes... Il y en a une que j'affectionne particulièrement : un arbre, un banc, un réverbère, une plaque d'égout : tout Paris.
Parfois, l'après-midi, j'allais m'asseoir sur ce banc avec un livre. Ce jour-là, je devais être particulièrement concentrée car je n'ai pas entendu un homme venir s'installer à l'autre bout du banc.
Je m'en rends compte quand il m'adresse la parole. Jeune parisienne échaudée, méfiante mais polie, je lui rends son salut. C'est un homme noir, très noir, et la noirceur de sa peau est d'autant plus frappante qu'il a les cheveux blancs comme neige.
Il sourit : "Vous aimez les histoires ?"
"Moui..."
"Vous voulez que je vous raconte celle du Montsouris ?"
"Hem…"
Et voilà comment j'ai appris l'histoire...
Sur la place où nous nous trouvions, à l'endroit de la plaque d'égout, il y avait autrefois un puits. Un puits qu'on appelait le puits sans fond. Ce puits avait sans doute un fond, mais il était si profond que les gens aimaient imaginer qu'il n'en avait pas... Ou peut-être était-ce à cause des amoureux qui s'y retrouvaient et qui souhaitaient que leur amour soit aussi profond que le puits ? L’endroit était le rendez-vous des amoureux, et ils aiment à penser leur amour infini, sans fond...
Toujours est-il que les deux amoureux qui se retrouvent-là, s'aiment d'un amour infini, profond, sans limites, peut-être encore plus que les autres parce qu'ils le savent sans avenir... Pourquoi ? Parce qu'elle est blanche comme le coton, et lui noir comme le charbon, et qu'en ce temps-là, un tel amour est impossible. Pourtant, chaque soir, à la même heure, ils se retrouvent là pour partager leur amour.
(…)

Le puits sans fond – Conte Parisien